Reliure à la ligne

Reliure à la ligne

samedi 22 février 2014

Enluminures et tapisseries contemporaines à Angers.

Annonciation", Heures d'Anne de Mathefelon, Bretagne ou Ouest, vers 1420
Nous sommes parties cette semaine en petit groupe pour une journée à Angers. Une journée formidable, sous un soleil éclatant, (il y avait si longtemps) pour voir l'exposition exceptionnelle au Musée des Beaux Arts dans l'ancien logis Barrault du XVème qui a appartenu à Olivier Barault, trésorier du roi et maire d'Angers. Cette exposition réuni pour la première fois des manuscrits enluminés, conservés dans les musées des régions des Pays de la Loire et du Centre. 
A l'initiative de l'institut national d'histoire de l'art, trois
expositions réunissent en ce moment les plus beaux manuscrits du Moyen-âge : à Toulouse au musée des Augustins, une à Lille au Palais des Beaux Arts, et celle d'Angers.
VIERGE À L'ENFANT, ITALIE, BELBELLO DA PAVIA, 1470-1480


Nous avons passé une magnifique matinée à découvrir l'évolution des peintures au cours des siècles, et apprécié de somptueux exemples d'enluminure anglaise, italienne, flamande et parisienne provenant des grandes collections du roi Charles VI et de son oncle le célèbre duc de Berry ou de la reine Anne de Bretagne. 


L'après midi ne fut pas moins belle avec la visite du musée Jean Lurçat et de la tapisserie contemporaine. Ce fût pour moi un vrai coup de foudre pour cet art des liciers que je ne connaissais qu'à travers les tapisseries anciennes comme celles des Gobelins ou d'Aubusson.


J'ai découvert Jean Lurçat (1892-1966) et son "Chant du monde", oeuvre manifeste, personnelle et autofinancée, si magnifiquement présentée et mise en valeur sous les voûtes gothiques de la  grande salle des malades de l'hôpital St Jean. 
En 1939, missionné par l'état pour relancer l'activité des ateliers d'Aubusson, Jean Lurçat se lance dans une nouvelle carrière en devenant le peintre cartonnier dédié à la rénovation de l'art de la tapisserie.
Grâce à la technique des cartons, il invente un langage original et simplifié où les couleurs sont utilisées en nombre restreint ce qui facilite le travail des liciers et fait gagner du temps. La tapisserie n'est plus simplement décorative elle devient engagée. C'est un espace fait de symboles qui transmet un message. 


Tissées de couleurs vives sur fond noir de 4,40m de hauteur sur 10,35 m pour la plus longue, les tapisseries sont la représentation de la vision du monde par Lurçat : menace, destruction, chaos avant le renouveau et l'espoir.  
Le musée mitoyen de la tapisserie contemporaine expose pour la troisième édition d'Artapestry, des oeuvres incroyables de la création textile contemporaine. C'est un mélange de matières qui jouent avec la lumière comme la laine, la soie, le chanvre, le sisal ou le lin entre autres. 25 tapisseries venues de toute l'Europe, norvégienne, danoise, tchèque, allemande, finlandaise, du Royaume uni, des Pays Bas et de Lettonie. Que de merveilles!
Thomas GLEB
Je vous recommande cette exposition, pour vous rendre compte combien la tapisserie a évoluée et est riche de belles créations. 
Comme l'art de la reliure que l'on imagine encore bien à tord comme un art séculaire figé alors qu'il est en perpétuelle évolution, l'art de la tapisserie suit son temps et nous offre une explosion de créativité.  
  • Musée des Beaux Arts d'Angers: "Trésors enluminés des musées de France" jusqu'au 16 mars 2014. 
  • Musée Jean Lurçat et de la tapisserie contemporaine, à Angers  "Le chant du monde" de Jean Lurçat, collection permanente et Artapestry 3 du 25 janvier au 18 mai 2014.
http://musees.angers.fr/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire