Reliures contemporaines au Cloitre de La Psalette à Tours

Reliures contemporaines au Cloitre de La Psalette à Tours
Du 22 septembre au 22 Octobre 2017

dimanche 28 novembre 2010

Des agendas à la baguette !

Pendant 2 jours, agendas et répertoires n'avaient qu'à bien se tenir ! Ils ont été menés à la baguette... en gouttière.
Nous les avons bichonnés pour qu'ils soient beaux toute une année, posés sagement près du téléphone, ballottés dans un sac, ou en chevalet sur des genoux comme carnet de voyage.

Nous avons commencé à préparer le décor des peaux, à l'acrylique pour certaines ou encore avec une patine à l'eau de colle. Les doublures de peaux utilisées avaient besoin d'un coup de neuf.
Martine était minutieuse avec un décor en pointillés alors qu' Elisabeth laissait aller sa créativité en couleurs.


Et Marie nous accompagnait, profitant de sa présence à la maison, pour faire son agenda elle-même avec beaucoup d'application !


Nous avons ensuite doublé les peaux avec un japon pour qu'elles se tiennent mieux aux collages.Puis vint le travail de la reliure proprement dite.
 Il s'agissait de couper les peaux aux bonnes dimensions, sans dévier,de préparer son gabarit de grecquage,de coller ses gardes en papier ou en peau, de poser ses baguettes après les avoir teintées, 

et enfin de poser ses bandes de peaux sur les rabats.

Moment délicat car les bandes fines avaient une fâcheuse tendance à faire le serpent. 




Nous avons également pu rapidement aborder la technique du ponçage pour marquer les peaux, confectionner des perles en papier à intégrer à la couture et pour finir



Marie a préparé la maquette de son  décor, en oeser blanc. 
Elle a gardé sa peau naturelle car après parure sa doublure était très belle, et a choisi un simple décor de filets sur son plat avant.  

Ils avaient tous fort belle allure, samedi soir.









lundi 8 novembre 2010

Carnet de voyage (suite et fin).

Carnet de voyage à plats rapportés :
Dos en chagrin marron, plats en parchemin. 
Pièce de titre en parchemin.

En recherchant le dernier article sur le carnet de voyage de Marie, je m’aperçois que cela fait un an que je ne vous en ai plus parlé.
Voulant faire la surprise à Marie pour son retour des USA, j’avais cessé d'expliquer sa réalisation et maintenant qu’elle est rentrée, je peux   finir les explications et vous le montrer.
Nous en étions resté à la tranchefile et je vous avez parlé du parchemin que j’allais mettre comme peau de couvrure.
En effet la ligne de l’épine dorsale du parchemin représentait assez bien la forme du Chili est Marie avait choisi cette peau pour couvrir les plats du carnet.



Une peau de chèvre chagrinée marron s’harmonise avec le parchemin pour le dos.
Une pièce de titre, également en parchemin, et que j’ai titrée à l’oeser marron (film de couleur), tranche bien sur le dos.







Pour choisir la partie du parchemin que j’utiliserai, un simple cache en papier permet de cerner le meilleur endroit.








Ensuite il faut amincir  les coins, en parant la peau, pour pouvoir les remplier facilement sur l'intérieur des cartons.









Les cartons sont donc collés sur la peau. Ils ont étaient blanchis avec des papiers car le parchemin est transparent. Cela les stabilise aussi et évitera qu' ils cambrent trop en fonction du temps.
Puis les plats sont ensuite posés sur le livre, 











qui est délicatement mis en presse pour qu’ils collent bien.














Après un ponçage des contre-plats, 









je pose un papier de garde de couleur que j’ai linogravé.




Enfin le livre est achevé. 






Si vous voulez reprendre depuis le début les explications de cette reliure : articles du mois de juillet, septembre et octobre 2009, que vous trouverez dans les archives.