Reliure à la ligne

Reliure à la ligne

dimanche 25 juillet 2010

4 jours à Porto.

Je viens de passer 4 merveilleux jours au Portugal. Un avion au départ de Tours pour Porto avec Ryan Air était une occasion à ne pas manquer.




 Porto est une ville charmante, d’un charme désuet avec un grand nombre de maisons abandonnées dont les azulejos laissent deviner leur magnificence d’antan. Une ville baignée par le Douro autour duquel règne une grande activité à la fois touristique et vinicole, le tout étant intimement lié.



























Mais je voudrai surtout vous parler d’une librairie atypique, que nous avons découverte lors de nos pérégrinations dans la ville : la librairie LELLO au 144 rua das Carmelitas. Rien que cela fait déjà rêver.

C’est un français, Monsieur Chardron qui créa la librairie « Internacional » en 1869. De style néogothique sa façade blanche est ornée 
de 2 personnages peints figurant la Science, et l’autre l’Art.

 A l’intérieur une vaste salle nous accueille, bordée de rayonnages en bois ouvragé au style gothique qui remplissent toute la hauteur des murs. C’est magnifique : une cathédrale du livre. Des piliers surmontés de sculptures représentent de célèbres écrivains portugais. Du bois partout avec un plancher de parquet ciré, et au centre de la pièce un escalier monumental en chêne qui se sépare en 2 révolutions pour accéder à la galerie qui surplombe la grande salle. 










La galerie.
Au centre du plafond un vitrail dessine l’ex-libris de la librairie et diffuse une belle lumière. 

On marche sur les rails qui permettent de diriger le petit wagonnet qui sert à ranger les livres dans la librairie. Un autre monde… On se surprend à parler tout bas.
Dans une partie de la galerie on peut boire un thé, un café ou bien un porto ! Un lieu vraiment singulier et très impressionnant.




Et à quelques mètres de là, un autre très bel endroit : un ancien magasin tout en bois avec de grandes tables dont je rêverai pour l’atelier 

et qui expose dans sa vitrine les explications de la fabrication des crayons de bois, à mine de graphite. Voici les photos.

La graphite
























Une planche de bois est pré-formée pour insérer la graphite.











La graphite dans la planche de bois.







Puis une seconde planche est posée sur la première.








Les crayons sont pré-découpés.
Et voilà !

Je ne sais pas du tout si c’est vraiment comme cela que se font encore les crayons. Cela paraît très artisanal. Les chinois font-ils leurs crayons de la même façon ?
Nous sommes allés visiter l'impressionnante cathédrale Sé qui surplombe la ville où j'ai vu de très beaux antiphonaires  :

Une dernière photo : celle du confessionnal dans la cathédrale. C’est une feuille de cuivre découpée en dentelle et insérée sur le côté du confessionnal en bois. Une merveille, cachée derrière un vilain rideau rouge.


mardi 6 juillet 2010

Sortie de classe.

Comme les enfants, nous avions notre sortie de fin d'année vendredi dernier, 2 juillet 2010.

Devant le Logis Royal de Loches.



Nous étions 13 ce qui, 
je rassure les superstitieux, n'a pas altéré notre journée bien au contraire. 
Beau temps, mais pas trop chaud, route agréable et pas trop longue, bonne compagnie, bref tout était là pour que nous passions une bonne et belle journée. 


Première étape à Loches, où nous visitons l'exposition du calligraphe Hassan Massoudy au logis royal.
Nous commençons par une vidéo passionnante où Hassan Massoudy d'une voix posée et captivante explique son cheminement dans la calligraphie. Il évoque sa concentration et l'effet qu'elle entraine sur le geste juste, son inspiration et la mise en forme de son travail. Son état tourmenté qui ramasse sa calligraphie sur le centre de la feuille ou au contraire son bonheur qui donne de l'espace à son travail.  Il parle de son respect du texte et le devoir d'une belle écriture : " Je retranscris le verbe de Dieu, je me dois de bien le mettre en forme". Il explique  les différentes sortes d'écritures qu'il emploi en fonction de ce qu'il écrit.


C'est un homme habité de son art, qui m'a beaucoup touché.


L'exposition est très bien faite, avec de grands panneaux explicatifs sur les différentes formes de calligraphies, des vitrines avec les ingrédients nécessaires à la fabrication des encres, les calames et autres objets.



Nous continuons la visite par le donjon où d'autres tableaux sont accrochés et profitons de la superbe vue au sommet. 
Déjeuner sympathique sous une tonnelle recouverte de glycine, juste sous le château, puis départ pour Châteauroux.











En haut du donjon.





















Deuxième étape de notre journée dans la région natale de Florent ROUSSEAU, relieur de grande renommée, où la médiathèque de Châteauroux expose un grand nombre de ses reliures.


       Reliures de Florent Rousseau

Nous ne savons où porter nos yeux devant la quantité de décors, la finesse d'exécution et la créativité débordante, bien connue chez Florent. Chacune et chacun me pose mille questions :




-"Qu'est ce qu'il veut dire par .. ?"
- "Comment a-t-il fait là, tu vois .. ?"

Nous sommes admiratifs et envieux. C'est toujours très stimulant de voir de telles expositions qui  font réfléchir et se remettre en question.
En conclusion une bien belle journée très enrichissante qui donne de nouvelles perspectives pour nos reliures de l'année prochaine: créatives et comme il se doit, toujours très soignées.  


L'exposition d'Hassan MASSOUDY dure jusqu'au 2 août 2010, 
celle de Florent ROUSSEAU jusqu'au 15 juillet 2010.