Reliure à la ligne

Reliure à la ligne

jeudi 2 septembre 2010

Usine Canson à Annonay.

Après de longues semaines de silence je reviens vers vous : la rentrée est là, j'ai rangé mes valises et ouvert mon ordinateur qui était resté fermé dans mes montagnes pyrénéennes, faute de connexion.
Je vais donc pouvoir vous faire profiter de mes promenades estivales à travers la France.
Nous étions fin juillet pour un week-end à Annonay, ville du cuir et des papiers. Que rêver de mieux pour un relieur ! J'ai donc pu visiter les anciennes usines Canson ainsi que le musée du parchemin dont l'inauguration avait eu lieu mi-juin. Dommage que cela soit si loin de mes bases, ce serai une sortie de fin d'année idéale. 
Les usines Canson, devenues "Musée des papeteries Canson et Montgolfier", sont installées au Vidalon dans Annonay, dans la maison natale des frères Montgolfier. C'est un lieu charmant au creux d'un vallon baigné d'un cours d'eau, d'où la première montgolfière s'est envolée. Les "Ingres Vidalon" sont d'ailleurs encore une référence de papier.


Je me rends compte en visitant le musée, de l'importance de la papeterie au début du 20ème siècle . C'était une micro société qui vivait presque en autarcie. Les ouvriers vivaient sur place, logés dans de petites maisons proches de l'usine. Il étaient nourris à midi, avec une épicerie assurant l'approvisionnement sur place pour le reste des repas. Pour faciliter la pratique de leur foi une demande fut faite au diocèse pour la construction d'une chapelle dans l'enceinte de l'usine. Des photos montrent les grandes tablées d'ouvriers, organisées lors des fêtes importantes. C'était une grande famille.
Dans les sous sols de la maison,je découvre une ancienne machine à papier des années 1930, que mon guide mets en route pour moi car je suis toute seule pour cette visite. 
Allez ne soyez pas jaloux !




 Elle est magnifique et fait un bruit merveilleux, tout en rondeurs.


 A l'extrémité de la machine je retrouve le rouleau de la forme à papier filigranée, que j'avais vu dans les escaliers de la maison sans trop savoir comment cela fonctionnait.   


 














            Les rouleaux de formes à           papiers filigranés.

















Une découpeuse à papier (je ne suis pas sûre du tout de la dénomination exacte)est
impressionnante par sa taille et sa précision. Là encore une démonstration est faite avec mise en route de la machine. Je me régale.


Dans les étages, diverses vitrines nous montrent de très beaux papiers filigranés


et un laboratoire papetier : voici tout spécialement pour Yves une série de palmer à peine plus grands que les nôtres...
Il est difficile de se rendre compte de l'échelle, mais le plus petit fait bien 40 cms de haut.




Notre palmer à nous, les relieurs, qui fait environ 6 cms de hauteur.




Je termine là ma visite et vous ferai profiter bientôt du musée du parchemin.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire