Reliure à la ligne

Reliure à la ligne

mercredi 11 novembre 2009

Charnières piano à Bordeaux.

Je suis allée à Bordeaux les 26 et 27 octobre pour apprendre à mes anciennes élèves du centre d'animation Monséjour à Caudéran, la structure à charnières piano. J'étais ravie de les retrouver comme chaque année depuis 3 ans à cette même période. Le temps était de la partie, magnifique, et nous avons pu manger au soleil dans le parc face au centre.


La reliure à charnières piano est une structure très élégante, avec son dos en peau multicolore.


Elle s'ouvre parfaitement bien, les cahiers du livre sont bien préservés car simplement cousus sur un onglet qui lui-même est recouvert de peau. La colle ne rentre donc jamais en contact avec le livre.
Mais, c'est une reliure qui comme beaucoup d'autres semble assez simple alors qu'elle demande comme toujours minutie, précision et .... patience.
Nous en avons fait une fois de plus l'expérience lors de ce stage.
Cette structure consiste donc à coudre sur chaque cahier un onglet en papier qui sera lui-même recouvert d'une bande de peau. Cet onglet plus la bande de peau, doivent compenser exactement l'épaisseur du cahier. C'est la 1ère étape à régler.

Ensuite vient le collage de la bande de peau sur l'onglet papier.
Chaque onglet recouvert est ensuite découpé en segments pour permettre à une fine tige métallique de relier entre eux tous les cahiers. C'est la cerise sur le gâteau.

Passage des tiges métalliques dans les segments.
Segments de peaux après passage de tiges

On a senti à ce moment là que, la fatigue aidant, les nerfs étaient à fleur de peau, c'est le cas de le dire. Les tiges métalliques sont toujours difficiles à passer dans les différents segments et il faut faire attention à ne pas déchirer et abimer la peau.
Cela nous a valu quelques fou-rires et des jurons, oui, oui même à Caudéran on rage dans l'adversité !
Anne était dans tous ces états : elle a eu "quelques" difficutés à passer ses tiges, ses cahiers étant très épais. Quant à Vivianne, tranquillement installée sur son tabouret, dos au mur, elle avancait sereine comme toujours, nous gratifiant de temps en temps d'un :" Alors, tu passes !!!" apostrophant sa tige métallique.
Voici quelques photos de cette reliure, belle mais encore une fois qui requiert une grande patience.






Charnières piano de Catherine avec baguettes de bois.

Charnières piano avec plats en doublure de peau. Décor argent ( Dominique Marnay)

1 commentaire: